Chirurgie réfractive

Avant de savoir si vous pouvez bénéficier d’une intervention chirurgicale pour vous débarrasser des lunettes, il est nécessaire d’effectuer un examen ophtalmologique complet.
Au décours de cet examen, en plus d’une mesure précise de votre réfraction (myopie / hypermétropie / astigmatisme / presbytie) des analyses plus poussées de la forme, de l’épaisseur et de la résistance biomécanique de vos cornées seront effectuées (topographie, tomographie, aberrométrie, pachymétrie, hystérèse cornéenne). Pour la réalisation de l’ensemble de ces examens, il faut compter environ une heure et demie.
L’entretien avec l’ophtalmologue est essentiel afin d’expliciter vos attentes de la chirurgie et qu’il puisse vous clarifier les possibilités actuelles personnalisées à votre situation.

Il existe trois principales techniques visant à corriger les erreurs réfractives que sont la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et le trouble d’accommodation qui est la presbytie.

Le LASIK est une technique chirurgicale visant à remodeler la courbure cornéenne en profondeur à l’aide d’un laser excimer afin de corriger les défauts optiques (myopie, hypermétropie, astigmatisme), après avoir préparé un volet cornéen à l’aide d’un laser femtoseconde. Après la chirurgie de la cataracte, il s’agit de l’intervention chirurgicale la plus réalisée dans le monde, toute spécialité confondue et sa popularité provient du taux de succès extrêmement élevé et de la récupération visuelle très rapide.

Indication et bonne pratique :

Un examen ophtalmologique complet est nécessaire afin d’évaluer l’éligibilité des candidats à cette intervention. En plus d’une mesure précise de la réfraction (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie), des analyses plus poussées de la forme, de l’épaisseur et de la force biomécanique de la cornée (topographie, tomographie, aberrométrie, pachymétrie, hystérèse cornéenne) peuvent être nécessaire afin de sélectionner la technique opératoire appropriée.

chirurgie-ref

Pour pouvoir bénéficier du LASIK, il est nécessaire d’avoir des cornées régulières, une épaisseur cornéenne suffisante et une amétropie stable (n’ayant pas évolué de plus de 0,5 dioptrie en un an). En règle général, les défauts optiques tels que la myopie jusqu’à 10 dioptries, l’astigmatisme jusqu’à 6 dioptries et l’hypermétropie jusqu’à 6 dioptries peuvent être corrigés par la technique du LASIK.

Il arrive parfois, selon les caractéristiques cornéennes inhérentes à chaque patient que nous puissions corriger des troubles plus importants. Il est d’habitude préférable d’avoir plus de 21 ans avant de bénéficier de cette intervention afin de s’assurer de la stabilité de l’erreur réfractive. Cependant, des exceptions sont faites pour les patients souhaitant intégrer un corps de métier particulier nécessitant une indépendance totale aux verres correcteurs.

Intervention :

La chirurgie se déroule sous anesthésie locale par gouttes. Le patient est allongé sous le laser sur un divan dédié. Un instrument est posé et empêche le clignement des paupières. Les préparatifs durent une dizaine de minutes tandis que le traitement laser dure quelques secondes selon l’importance de la correction.

Post-opératoire :

Dans les heures qui suivent l’intervention, il est normal d’avoir une sensation de brûlure, des difficultés à ouvrir les yeux et un larmoiement. Ces symptômes durent environ 6h. Il est recommandé pendant cette période post-opératoire précoce de ne pas toucher ou frotter les yeux et de débuter le traitement post-opératoire préconisé.
La récupération visuelle se fait en 24h et continue de s’améliorer les premières semaines.

Vous trouverez certaines réponses à vos questions dans cette rubrique: vos questions.

La PKR ou laser de surface consiste à remodeler la surface cornéenne en réalisant un laser excimer directement à la surface cornéenne. Cette technique permet la correction de toutes sortes d’amétropies (myopie, hypermétropie, astigmatisme) tout en « économisant » le tissu cornéen. Elle est principalement préconisée en cas de contre-indications au LASIK lorsque l’épaisseur cornéenne n’est pas suffisante pour la réalisation d’un capot cornéen ou en cas de sécheresse oculaire ou d’autres pathologies de surface cornéennes. Les résultats à long terme (3 mois) de la PKR sont équivalents à ceux du LASIK avec un temps de récupération qui est plus long.

Intervention :
La chirurgie se déroule sous anesthésie locale par gouttes. Le patient est allongé sous le laser sur un divan dédié. Un instrument est posé et empêche le clignement des paupières. Les préparatifs durent environ cinq minutes tandis que le traitement laser dure quelques secondes selon l’importance de la correction.

Post-opératoire :
Dans les 24 à 36 heures qui suivent l’intervention, il est normal d’avoir une sensation de brûlure, des difficultés à ouvrir les yeux et un larmoiement. Il est recommandé de rester dans un environnement calme avec une lumière tamisée afin de limiter la gêne. Il faut également éviter de toucher ou frotter les yeux et débuter le traitement post-opératoire préconisé. La récupération visuelle se fait en 3 à 4 jours et continue de s’améliorer de manière significative les premières semaines.

Vous trouverez certaines réponses à vos questions dans cette rubrique: vos questions.

 


 

intra-eye

Les implants phaques représentent une excellente alternative pour la correction des troubles réfractifs chez les patients présentant des contre-indications au LASIK ou des amétropies trop importantes pour être corrigés par les techniques photoablatives (LASIK, laser de surface).
Les ICL (Implantable Collamer Lens) sont des lentilles intra-oculaires pouvant corriger des amétropies allant de 2 à 18 dioptries de myopie associées ou non à l’astigmatisme. Le matériel « collamer » est biocompatible et parfaitement toléré dans l’œil.

Intervention :

L’intervention se déroule sous anesthésie locale la plupart du temps et dure environ 15 minutes. Elle consiste à injecter à travers une micro-incision de 3mm l’implant replié sur lui-même. Celui se déplie dans l’œil et est positionné en avant du cristallin et en arrière de l’iris.

Post-opératoire :

Un contrôle est effectué 3 heures après l’intervention afin de vérifier le bon positionnement et la bonne tolérance de l’implant. Il n’y a pas de douleurs post-opératoires mis à part de légers picotements qui peuvent durer 24h. La récupération visuelle est relativement rapide, un changement important est noté dès les premières 24h et la vision continuer à s’améliorer les premières semaines post-opératoires.